HOW TO : SWITCH TO DUCK JIBE !!!

Le duck jibe en Wing foil ressemble fortement à celui en windsurf.

Il existe deux grandes manières de jiber en Wing selon que l’on switche avant ou après avoir passé l’axe du vent

Le plus simple est de jiber sur son stance naturel, goofy ou regular. Selon le bord sur lequel vous êtes, vous allez donc soit faire un duck jibe to switch (c’est le plus simple parce qu’on attaque de face), soit un switch to duck jibe de l’autre côté. Tout en sachant que devenir symétrique sera un exercice long et compliqué.

Mais bientôt vous saurez faire les quatre jibes parfaitement en bossant la symétrie.

La première des choses étant de bien regarder autour de soi pour éviter un accident soit en regardant dans la fenêtre, soit en reculant la wing pour voir la trajectoire devant le bord d’attaque, soit en mettant la wing en parapluie.

Il faut aussi vérifier la force et l’axe du vent avant de s’engager dans la manœuvre.

Il est fondamental de s’aider des éléments pour maximiser la réussite : attendre la molle si on est surtoilé, ou l’inverse, peut tout changer par rapport à un engagement à l’aveugle. Une petite vague ou un clapot qui vous poussent dans la courbe seront d’une grande aide.

Pour switcher sur un foil, il faut réaliser un petit pump (une impulsion) qui va faire monter le foil durant le temps où vous aurez les deux pieds à l’avant. Cela vous évitera de retoucher l’eau.

Le plus naturel est probablement de switcher en fin de manœuvre et donc d’attaquer face à la courbe.

Le passage de la wing est très naturel, vos mains parcourent les poignées en douceur et la wing pivote d’elle-même. La seule chose à éviter est de la faire passer sous la planche en la déventant. Donc ne faites pas de courbe trop longue, resserrez en fin de move. Le passage vent arrière doit être le plus bref possible, hors le défaut des débutants est de bloquer vent arrière par manque de vitesse et d’engagement. Votre courbe doit plus ressembler à un L arrondi qu’à un C. Et attaquez avec la wing, puis mettez la en parapluie avant le vent arrière.

Les clefs pour le duck jibe en Wing foil sont :

  • Vérifier avant la manœuvre que votre trajectoire n’entraine pas de collision.
  • Avoir de la vitesse pour avoir de l’appui, ce qui facilitera votre jibe.
  • Avant d’amorcer votre virage, il faut se redresser pour passer d’une contre gite à une gite.
  • Pour switcher vos pieds avec le plus d’équilibre possible, mettez la planche à plat le plus possible et utilisez l’aile en parapluie.
  • Entamer votre courbe en vous appuyant légèrement sur l’aile main arrière.
  • Mi courbe, lâchez la main avant pour la placer derrière la main arrière. La wing va pivoter naturellement et se positionnez du côté opposé.
  • Au passage du vent arrière, attrapez la poignée avant avec votre ancienne main arrière.

Astuces : passez la wing juste avant d’atteindre le vent arrière pour dynamiser la bascule de votre wing et l’envoyer vers la nouvelle amure avant qu’elle ne prenne à contre. C’est très vrai avec les grandes wing dans le light wind.

Switch to duck jibe

C’est un duck jibe un peu plus compliqué car on tourne dos à la wing pour sortir de face, et parce qu’on risque la chute avant la courbe, ce qui est toujours plus frustrant qu’en sortie de courbe.

Pour réaliser un switch to duck jibe, il faut arriver avec de la vitesse ; c’est la condition sine qua non pour ressortir du move en vol.

Au vent de travers, on va venir switcher les pieds. On sort le pied du strap arrière pour le placer juste devant. On se redresse et on ralentit un peu en remontant la wing à 45°. On met un pump avec ce pied. On peut s’aider en bordant un coup la wing en parapluie. Dès qu’on sent l’allègement : on jette le pied arrière dans le strap avant sous le vent. Le pouce du pied arrière doit viser le pouce du pied avant par l’intérieur du strap. C’est l’astuce pour ne pas se faire mal aux orteils en shootant dans le strap. Quand le pouce du pied arrière touche le pouce du pied avant, il lui donne le top départ pour aller se placer à l’endroit où était le pied arrière : juste devant le strap arrière mais légèrement au vent (les deux pieds de part et d’autre de l’axe central de la planche). Votre nouveau pied arrière corrige tous les soucis d’équilibre de la planche, latéralement et longitudinalement pour éviter de toucher l’eau.

Strapless, on va placer le pied 10cm plus en avant par rapport au placement idéal sur un bord ; et le décaler au vent coté orteils de 5 à 10cm selon la radicalité de la courbe que vous envisagez. Le placement du pied arrière influence la radicalité et la stabilité de votre courbe.

Plus on recule le pied arrière plus on tourne court et fort, idem quand on le rapproche du centre de la planche en switch. Trouvez bien votre équilibre personnel.

Vous voici en switch avec la wing derrière vous et le buste tourné de 90° vers l’avant. Votre bras arrière est très fléchi pour garder le bordé dans l’angle initial. Il faut conserver une bonne vitesse et ré accélérer si besoin avant la courbe.

Ensuite on va venir prendre de l’angle sous le vent en appuyant sur les talons. Allez y doucement sur la prise d’angle car de toutes façons votre poids sera entrainé par la traction de la wing et va vous faire enclencher la courbe.

Une fois qu’on a commencé à abattre vers l’axe du vent on va chercher à tenir le foil dans l’eau par une pression pied avant tout en conservant l’angle de gite avec le pied arrière. On va progressivement transférer ses appuis d’une sustentation sur la wing vers un appui sur le foil même si c’est déjà le cas en général en switch. C’est à dire qu’on va se porter moins avec ses bras et plus avec ses jambes. Mais à mesure qu’on approche l’axe du vent, on perd de la traction et il va falloir alléger la planche en faisant glisser le foil au maximum. Il faut être doux pour ne pas créer de ruptures et ferme pour accentuer la prise d’angle.

Arrivé proche de l’axe du vent, il s’agit de continuer la courbe et de préparer le changement de mains. Pendant ce changement, vous n’aurez plus aucune traction de la wing. Donc tout votre poids va reposer sur le foil. Si vous êtes à ce moment du move sans vitesse, c’est game over : vous replaquez et vous avez de grandes chances de perdre l’équilibre. Alors la solution est de serrer de plus en plus la courbe à mesure qu’on approche de l’axe du vent. Et dès qu’on va lâcher la wing pour changer de mains, on fait glisser le foil, principalement en dosant les appuis ; le temps de reprendre la wing. Les débutants mettront trop de pied arrière dans cette phase, souvent par manque de vitesse et d’engagement. L’autre solution est de refermer violemment la courbe mais c’est plus compliqué.

Donc plus votre vitesse de base est élevée, plus c’est facile.

Et plus votre courbe se resserre, plus c’est facile.

Quand vous avez compris ça, vous constatez que vous avez tout votre temps pour changer de mains sur la wing.

C’est le moment de changer de mains :

  • Ma main avant lache la poignée et vient attraper la poignée derrière la main arrière ou l’arrière de la poignée où est votre main arrière. Pour une bascule franche de la wing, la main avant passe toujours derrière la main arrière.
  • La poignée avant lachée entraine la chute de la wing. Son bord d’attaque est suffisamment lourd pour que la bascule soit très naturelle.
  • Mon ex main arrière glisse le long de la latte pour venir naturellement attraper la poignée de ride pleine puissance avant. Avec l’habitude on peut décoller la main de la latte, mais au début l’idéal est vraiment de faire glisser la main sur la grosse section de la latte.
  • Dès que la nouvelle main avant tient la poignée, elle monte cette poignée au dessus de la main arrière pour mettre la wing dans un angle correct et ne pas la laisser partir sous la planche. Pour une gestuelle plus fluide, c’est même la main arrière qui va descendre plutôt que la main avant qui monte. Cette nouvelle main arrière va décrire un arc de cercle à 180° vers le haut pour accompagner la bascule de la wing dans sa nouvelle position idéale.

 

Durant cette phase de changement de mains vous allez faire pivoter votre buste face à vos orteils, le corps revient dans son axe normal, pour accompagner le passage de la main avant, puis la main arrière. Cela va légèrement reculer la wing qui va passer de la verticale du nose à franchement le long du nouveau rail sous le vent (coté orteils).

La phase suivante consiste à poursuivre la courbe en lofant en appuis talons une fois qu’on a passé l’axe du vent et ainsi relancer le foil. C’est à ce moment que l’on va à nouveau commencer à se suspendre à la wing. Les mains sont bien en place, la courbe se termine, on peut se préparer à border.

Cette phase est beaucoup plus simple quand on peut récupérer de la traction avec la wing ou quand on a encore de la vitesse, mais on peut aussi se servir du foil et de sa portance en mettant quelques coups de pomping.

La clef de la relance est de baisser la main avant pour remettre la wing en paravent, bien face à vous le plus vite possible. Donc plus vous réduisez le delta de hauteur entre vos bras après le passage du vent, plus vite vous repartez.

Et si vous aviez bien reculé la wing juste avant, vous pouvez l’avancer franchement pour lui redonner du vent apparent et rétablir un écoulement laminaire sur son profil, vecteur d’une traction franche et saine.

La dernière phase consiste à border et incliner le foil au vent pour reprendre un appui talons qui permet d’opposer à la traction de la wing en paravent. On va s’appuyer nettement sur les talons et figer la nouvelle trajectoire, tout en veillant à ne pas retoucher l’eau. Le corps vient se pencher de plus en plus au vent, à mesure que vous bordez. Pensez à bien gérer la puissance de la wing car souvent vous arriverez à bout de votre vitesse initiale et vous devrez relancer franchement.

Points clefs :

  • Avoir de la vitesse.
  • S’aider de la houle et des clapots pour entretenir la vitesse.
  • Bien gérer le transfert de son poids.
  • Avoir un déplacement de mains automatisé et clean.

Focus :

  • Vitesse.
  • Switch.
  • Courbe.
  • Changer les mains.
  • Faire glisser.
  • Serrer la courbe.
  • Relancer.
  • Opposer.

Wing Foiler : l’Ours en GONG SUP Lemon FSP PRO et GONG Wing Pulse et Superpower.

Le matos de la session

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *