Pack Wing foil

Cette gamme de packs foils répond à tous les besoins des débutants aux confirmés.

Retrouvez ci-dessous tous nos packs pour la wing, suivis de nos conseils pour vous équiper.

Pages :

Affichage de 1–15 sur 16 résultats

Pages :

Pour qui ?

Débutant sans expérience : Le top pour débuter sans se ruiner.

Débutant sportif : Le top pour débuter.

Expérimenté : votre niveau vous permet de choisir votre matériel au détail afin d’optimiser votre quiver.

Pour quoi ?

Le PACK WING PLUS HIPE est la simplicité du gonflable et la performance du rigide pour débuter en wing foil. En wing, c’est la board parfaite pour débuter et progresser.

Le PACK WING PLUS LANCE WOOD 2X est idéale pour apprendre la wing facilement sur une planche vraiment fun. L’ensemble le plus accessible techniquement et économiquement avec son tarif record.

Le PACK WING PLUS LANCE FSP 2X est la plus cool pour progresser en wing. Du débutant au confirmé, le nouveau shape Lance 2021 propose un concept inédit de boards courtes mais très larges pour apprendre la wing facilement sur une planche vraiment fun.

Le PACK WING PLUS ZUMA WOOD 2X est la combinaison de la performance et la simplicité en SUP foil et en wing foil avec une board très fluide. La Zuma Wood 2X est la planche compacte mais fluide pour ne pas lutter. Tout se fait en douceur.

Le PACK WING PLUS ZUMA FSP 2X est la combinaison de la performance et la simplicité en SUP foil et en wing foil avec une board très fluide. Que vous soyez débutant, ou à la coooool, la Zuma FSP 2X est idéale pour ne pas se prendre la tête. Elle est douce et facile, tout en restant très efficace.

Quelle taille de Wing ?

Pour vos débuts, nous conseillons une 5m². C’est la taille la plus polyvalente. Vous aurez assez de puissance pour voler dans des conditions clémentes, et une envergure qui reste raisonnable.

Rapidement vous verrez qu’une seule aile ne suffit pas. Vous aurez envie de voler tout le temps donc vous compléterez votre 5m² par une plus grande.

On recommande 2m² maximum d’écart entre vos wings. Idéalement 1m², et c’est d’autant plus vrai dans les petites tailles car quand vous passez de 4m² à 2m² parce que le vent est monté, vous divisez la surface par deux, alors que le vent n’a certainement pas doublé. En revanche passer de 7m² à 5m² quand le vent monte est tout à fait fluide car proportionnel à la force supplémentaire du vent.

Plus :

Ne surestimez pas la puissance des wings. Le baratin ambiant consiste à vous faire croire que vous allez vous éclater avec une 4m² dans 15nds, voire 8nds… C’est vraiment de l’enfumage qui vise à vous faire craquer sur une aile moins chère parce que plus petite. La réalité est qu’il faut une surface suffisante pour développer la puissance dont vous aurez besoin.

Quelle taille de planche de wing ?

Les débutants en wing doivent absolument avoir un solde de volume positif.
Votre poids plus celui de la planche doit être inférieur au volume de la planche.
N’hésitez pas à prendre un peu de volume et de largeur si vous n’êtes pas certain de vos appuis ou pas sportif.

On vous conseille pour être bien à l’aise de prendre un volume de l’ordre de votre poids + 30 = volume.
En ce qui concerne la HIPE et la Zuma, la longueur aidera les débutants à décoller plus facilement, et dans toutes les phases de balades sur l’eau.
Exemples pour une board de 7kg et différents gabarits :

  • 1/ Si je pèse 70kg, le minimum pour flotter est : 70kg + 7kg = 77L. Mais avec mes 70kg + 30 = 100L je serais très confortable mais sans excès.
  • 2/ Si je pèse 85kg, le minimum pour flotter est : 85kg + 7kg = 92L. Mais avec 85kg + 30 = 115L je serais bien confortable mais sans excès.
  • 3/ Si je pèse 100kg, le minimum pour flotter est : 100kg + 7kg = 107L. Mais avec 100kg + 30 = 130L je serais confortable mais sans excès.

En wing, on identifie trois grands types de rapports au volume :

Confort 

Vous pouvez prendre un volume suffisant pour flotter, de l’ordre de votre poids + 10 = volume.

  • Exemple : je pèse 80kg + 10 = 90L pour flotter. Ce qui veut dire qu’avec 90L et plus je serai easy, à condition d’avoir un bon niveau en wing.

Sport

Vous pouvez aussi la sous litrer car la Lemon est assez large pour être stable. Alors si vous avez un super niveau et envie d’une réactivité maximum, vous pouvez passer sur des volumes négatifs. Jusqu’à votre poids – 10 = volume vous pouvez partir à genoux en vous appuyant sur la wing sur l’eau.

  • Exemple : je pèse 80kg + 10 = 90L pour flotter. Ce qui veut dire qu’avec 70L ma planche va légèrement couler et je devrais faire être précis et sportif à chaque démarrage.

Sinker 

En dessous de votre poids – 10 = volume, à – 30 par exemple, il va falloir faire des waterstarts en coulant la planche : c’est technique, très physique, et vous perdez une partie de la plage basse de vent. Le gain de performance est discutable selon votre niveau, mais le gain de sensations et de réactivité est considérable.

  • Exemple : je pèse 80kg + 10 = 90L pour flotter. Ce qui veut dire qu’avec 50L et moins, ma planche va totalement couler et je devrais faire un vrai waterstart de type wakeboard. Dans ce cas, moins de volume rend les choses souvent plus faciles car on coule la planche sans souci pour la mettre sous nos pieds et monter dessus. Une petite planche fera moins bouchon, donc plus simple à chausser et moins prompte au décollage. Ses qualités de stabilité en surface restent les même sous l’eau.

Quelle technologie ?

Chez GONG nous ne faisons que des planches haut de gamme. Nos prix bas s’expliquent uniquement par notre choix de distribution exclusivement en direct.

Vous avez le choix entre :

  • Le gonflable simple, solide et très proche du rigide grâce à notre HIPE révolutionnaire.
  • Le Wood 2X qui est bien moins cher, mais moins léger.
  • Le FSP 2X qui est à la fois léger et hyper solide. C’est la technologie best-seller car elle mixe le plus d’avantages dans un prix très raisonnable.

Quelles tailles d’ailes de foil ?

Les débutants auront la progression la plus rapide avec une aile avant XL (quel que soit leur gabarit entre 50kg et 100kg) et un stab X-Over 46cm.

Pour les débutants 

Dans la gamme des ailes hyper faciles et efficaces à basse vitesse :

  • Si vous êtes timide, débutez en aile XL Rise ou XL X-Over
  • Si vous êtes doué, débutez en aile XL Curve.

La taille de l’aile avant conditionne le rapport vitesse/portance. Plus l’aile est petite, plus vous irez vite mais serez mal à l’aise à basse vitesse.

Les stabs ont un rôle majeur. Ils déterminent la stabilité du foil et aident à sa portance, mais au détriment de la vitesse max du foil.

Ainsi les stabs de surf sont moins rapides que les stabs de kite, mais sont beaucoup plus porteurs, et donc efficaces à basse vitesse. Les stabs Veloce sont un excellent compromis vitesse/portance.

Quel mât de foil ? 

Contrairement au kite foil, en wing on oppose peu à l’aile car elle tire doucement. Donc on met peu d’angle au vent au mât. Alors maitriser un grand mât en wing ne pose pas de souci.

Et comme les planches utilisées sont beaucoup plus grosses qu’en kite, l’inertie est plus importante. Du coup votre foil est moins foufou. Tout est plus calme. Alors n’ayez pas peur d’un mât long.

En clair, on conseille de faire les cinq premières sessions de wing en mat court de 65cm, puis de passer en 85cm ou plus dès la sixième session, généralement celle où vous volez correctement.

Pour les pros, tout va se jouer entre 85cm et 100cm. Retrouvez tous nos conseils de choix entre ces deux longueurs en cliquant ici.

Positionnement du foil ?

Pour les foils GONG, placez la platine au centre des rails US.

Plus vous l’avancez plus il cabre la planche. Plus vous le reculez, plus le nez de la planche plonge.

Veillez à ne pas trop l’avancer. On a souvent tendance à ne pas laisser le pied arrière travailler, notamment quand on vient du kitefoil. Or reculer un peu le foil force à mettre plus de poids dans le pied arrière et donne une attitude plus harmonieuse et réduit les efforts.

Quel leash ?

Prenez un leash de Wing de 5’ à 6’ dans le vent léger et un 10’ dans le vent fort. De préférence un modèle dédié à la Wing et de type téléphone. Un leash court permet de reprendre la Wing rapidement. Un leash long protège la Wing des chutes de foil dans la toile en la laissant partir plus loin.

Vérifiez son état avant chaque session et changez-le tous les ans. C’est votre gilet de sauvetage.

Ne laissez pas votre wing battre dans le vent au bout du leash, il n’est pas incassable ! Idem dans les vagues, ne retenez pas votre wing par le leash, elle va exploser ou vous allez vous blesser.

Pour la planche, optez pour un leash un peu plus long que la planche. Soit en droit, soit en tire-bouchon, ceinture, genou, ou cheville… c’est au choix selon les préférences de chacun.

Harnais ou harnaisless ?

Rider sans harnais est sexy car on se sent libre et c’est la mode. On peut bouger dans tous les sens, c’est vraiment agréable.

Par contre, il faut peu toiler pour ne pas se faire allonger les bras. Cela signifie devoir pomper souvent pour décoller.

Toutes nos Wings ont des attaches pour lignes de harnais. Vous avez donc le choix.

Donc, si à l’inverse on aime rider toilé, l’usage d’un harnais est quasi obligatoire si vous ne voulez pas faire des sessions bridées à une heure. Dans ce cas, la pose de lignes de harnais est super simple, (cf nos tutos sur le forum). Nous vous conseillons l’usage d’un harnais le moins rigide et le moins enveloppant possible, avec un crochet type windsurf.

Des bouts de 24 à 28cm de distance entre la latte et le creux du V seront parfaits. A réaliser en cordage de petit diamètre et une fine gaine car les bouts de windsurf sont lourds et rigides, et donc dangereux dans les virements et autres tricks.

Alors à vous de voir si la sensation et l’esthétique prévalent sur les performances. Mais il est à parier que dans peu de temps les riders auront tous des harnais car l’évolution ira vers des Wings plus puissantes et plus de performances.

Wish ou poignées ?

Les deux sont très bien. Il faut bien comprendre qu’une wing ne se pilote pas en forçant sur les mains pour l’orienter. Il suffit de monter la main avant pour mettre la wing à plat et de monter la main arrière pour la mettre à la verticale. Nous appelons ça parapluie Vs paravent.

L’avantage du wish est sa rigidité. On peut déplacer les mains facilement mais à l’usage c’est parfois piégeux. Le gros plus est d’avoir de la fermeté. En revanche c’est plus lourd, moins facile à transporter et installer, et bien plus dangereux pour vous et votre planche.

Les avantages des poignées sont le poids, le rangement, la rapidité de mise en œuvre, la solidité et la sécurité de votre planche et vous-même. En revanche, elles sont sur un boudin gonflable qui sera forcément souple comparé à un wish, occasionnant des déformations de profil.

Combien de poignées ?

Le look minimaliste avec très peu de poignées est très sexy. C’est aussi moins cher à réaliser 😉

Chez GONG nous avions fait le choix en 2020 de faciliter la pratique avec :

  • Un nombre suffisant de poignées pour sortir la wing de l’eau, la retourner facilement, la prendre en main à faible puissance, puis mettre les mains sur les poignées de pleine puissance.
  • Des logos sur chaque poignée pour vous indiquer clairement à quoi elles vous servent.
  • Des poignées de transition, par exemple pour faire un duck c’est bien plus facile avec une poignée derrière votre main arrière, pour rider à une main il vous faut une poignée entre les deux de pleine puissance etc…

Ce choix nous a été reproché car il n’est pas le plus léger. Et la pratique a évolué depuis.

Nous avons donc réduit le nombre de poignées au minimum et gagné près d’un kilogramme par Wing en 2021.

Le choix est donc de quatre poignées idéalement placées :

  • Une de manipulation et surf sur le bord d’attaque.
  • Une poignée de main avant sur la latte.
  • Un espace pour mettre un bout de harnais entre les poignées AV et AR.
  • Une poignée de main arrière low power et de tricks sur la latte.
  • Une poignée de main arrière full power sur la latte.

Fenêtre ou canopy pleine ?

Les wings sans fenêtre sont moins chères, plus légères et plus faciles à ranger.

Les wings avec fenêtre sont plus safe, plus rigides et nerveuses.

Avec lattes ou sans ?

La particularité des wings gonflables est leur relative souplesse. Ce n’est pas forcément un inconvénient si le profil garde son shape.

Pour cela, l’usage des lattes est un atout indiscutable. Mais c’est plus cher et moins light.

Chez GONG, vous avez le choix de les utiliser ou non. Selon vos goûts. Et de prendre des Wing qui n’en sont pas équipées.

Comment faire sécher sa Wing ?

A moins de terminer votre session par un long bord au soleil et d’accoster sur un ponton, il est plutôt rare de sortir de l’eau avec une wing complètement sèche. 😉 Sachez qu’il n’y a pas besoin de faire sécher sa wing si elle est amenée à être utilisée régulièrement en eau salée, le sel protégeant les matériaux de la moisissure.

Si néanmoins pour des raisons de transport ou de stockage vous voulez les faire sécher, il faut absolument éviter de suspendre la wing dégonflée par la poignée du bord d’attaque. C’est pourtant bien pratique mais c’est le meilleur moyen d’obtenir une belle hernie sur la latte centrale à la jonction avec le bord d’attaque suite à l’affaissement de la vessie à l’intérieur. Les vessies sont mobiles dans les lattes et le bord d’attaque. Donc si vous la suspendez pour la sécher dégonflée, la vessie peut glisser, voir se froisser, dans le fourreau de latte.

Donc dans l’idéal, on fait sécher sa wing gonflée et à l’ombre, et au pire à plat ou au moins avec juste le boudin central gonflé.

Retrouvez tout notre How To : Faire sécher sa wing

Good to know :

Les wings sont des structures gonflables très légères. C’est la raison de leur efficacité. Vous devez donc en prendre le plus grand soin.

L’erreur classique est de percer la wing avec le foil. Vous n’y échapperez pas. Mais c’est très simple à réparer. Nos tissus limitent la déchirure et la contiennent au lieu de l’impact.

L’erreur plus grave est de faire accrocher la wing dans l’eau et de s’y cramponner en la pliant. L’écrasement va faire monter la pression et faire exploser la wing. Les réparations sont alors conséquentes. Idem si vous gonflez trop fort.

La pression de gonflage de votre wing influe sur sa puissance et sa tenue en plage haute. Si une pression importante met en danger votre wing, vous pouvez aussi tricher si le vent est très fort en la gonflant un peu moins pour la tenir plus facilement. Elle sera moins stable mais beaucoup moins puissante.

Notez que gonfler trop fort votre Wing donne une sensation de lourdeur et ne fait pas gagner de performances. C’est un mauvais réflexe.

Tout le monde veut une wing. Donc ne prenez pas une wing trop compliquée au début. Prenez une wing vraiment faite pour vos besoins de débutant et vous la revendrez sans souci dans quelques mois à un copain. Les prix bas que GONG propose vont doper vos progrès sans massacrer votre budget. Pensez-y.

Lien forum :

Tout savoir sur les Wings

Choisir son matos de Wing