Planches débutants de Surf Foil

Planches débutants de Surf Foil

3 résultats affichés

Généralités

On ne présente plus le foil qui équipe maintenant tout ce qui se déplace sur l’eau ou presque. Des bateaux du Vendée Globe, en passant par le kite, le SUP, et bien sûr le surf.

Le surf foil est un sport fabuleux et un complément du surf qui devient vite indispensable pour multiplier le nombre de sessions. C’est un support accessible à condition de faire le bon choix au départ. Voici nos conseils pour bien choisir votre matériel.

Pour qui ?

Vous êtes très nombreux à souhaiter vous mettre au surf foil, et vous avez bien raison tellement ce support est magique, et permet de multiplier le nombre de sessions. On a calculé que sur les côtes européennes le nombre de bonnes sessions de foil est dix fois supérieur à celui des bonnes sess de surf ! De quoi entretenir la caisse et baisser drastiquement la frustration.
Beaucoup pensent à tort qu’il faut un niveau de champion du monde pour s’y mettre. Pourtant de l’expérience en surf pour bien se placer, une rame correcte et une expérience sur des planches courtes à mid lenght, sont suffisantes.
Un débutant devra dans un premier temps faire ses armes sur des planches de surf classiques. La pratique du surf foil demande un minimum d’expérience sur une planche de surf, et la taille des planches de surf foil plutôt réduite ne permettra pas à un débutant d’être à l’aise sur ce format.

Un surfer confirmé peut facilement et rapidement progresser, à condition de respecter certains points comme le fait de ne pas s’engager directement sur du matériel trop exigent ou technique, ou dans des conditions inadaptées à son niveau.

Pour quoi ?

Aller plus souvent à l’eau

Il y a mille et une raisons de se mettre au surf foil, la première est généralement le besoin d’exploiter les jours de quasi flat, d’être à l’eau, de surfer l’insurfable. On compte qu’en moyenne en Europe on a 10 bonnes sessions de surf foil pour 1 bonne session de surf. C’est une moyenne qui évidemment varie selon les spots, mais cela donne un ordre de grandeur de la « rentabilité » de ce sport.

Éviter les spots bondés

Un bon terrain de jeu en surf foil est en général un spot délaissé par les autres, car beaucoup trouveront que les 40 cm à la série ou les quelques nœuds de vent qui abiment le plan d’eau rendent les conditions du jour inintéressantes. Ou tout simplement parce que la vague qui vient mourir dans une bassine ne permet pas aux autres d’en profiter, mais si l’ondulation reste suffisamment formée, cela suffira à vous faire voler.

Découvrir de nouveaux spots

Le petit reef qui n’intéresse personne, le bord de baïne qui ne donne même pas envie aux écoles de surf, un reef qui à marée haute donnera des vagues trop molles, une petite mousse juste assez longue pour décoller ; les options sont nombreuses. Une vague creuse qui casse est parfaite en surf, mais elle perdra instantanément une très grosse partie de son énergie et donc de son intérêt en foil puisque l’onde disparaitra. Le spot parfait en foil au début est une vague qui va déferler gentiment avec une faible pente, juste de quoi vous aider à partir ou faire un take off dans une mousse tranquille, et si ensuite cette vague se transforme en ondulation, c’est parfait pour enchainer les turns de fou.

Surfer les vagues les plus longues de votre vie

A moins d’habiter en face de J-Bay, une vague surfée pendant 7 à 8 secondes reste une bonne vague. En surf foil, vous pourrez surfer 30 secondes, 1 minute, ou bien plus. La distance parcourue pendant une session de surf foil versus une session en surf classique, peut facilement être multipliée par 10, si ce n’est plus. Partir sur une gauche, puis à droite, puis revenir à gauche… Les vagues ne ferment plus, vous rattraperez et dépasserez les sections avec une facilité déconcertante. Regardez un bon surf foiler à l’eau, il traverse le spot en long, en large et en travers, vous pouvez littéralement survoler le spot.

Travailler et entretenir sa condition physique

En surf, on a rarement les jambes qui chauffent, à moins d’habiter sur un spot world class. En surf foil, vous allez travailler les jambes et le cardio, car inévitablement vous allez progresser, commencer à pomper, et vous finirez par connecter vos premières vagues. Et ce sera le début d’une très longue série de victoires techniques et physiques qui rendent l’impensable possible ! Vous aurez ainsi pendant votre session, pris des vagues et fait votre footing hebdomadaire.

Lever les yeux grâce au foil.

Dès le take off vous atteignez la vitesse d’un surfeur pro du CT, ce qui vous impose de porter le regard plus loin pour lire la vague plus en avance. Lorsque vous reprenez une planche de surf, vos manœuvres sont plus anticipées, vous ne subissez plus. Foiler vous donne une des clefs du surf : l’impression d’avoir du temps.

Le surf foil ne remplacera pas le surf, les deux se complètent parfaitement.

Mais vous irez plus souvent à l’eau avec un foil. Donc vous entretiendrez votre rame, même pendant les périodes estivales, lorsque la houle se fait plus rare, vous serez prêt les jours de bonnes conditions, et vous choisirez de surfer les jours de conditions de qualités, « bye bye » la frustration des jours bof. Chaque jour est incroyable.

Faire des dock start

Sur un lac, dans un port, au bord d’une rivière, au bord de votre piscine olympique privée… Même si l’océan est véritablement flat, cela peut être l’occasion d’une séance de dock start entre potes. Ce type d’entrainement est parfait pour développer sa condition physique et la précision des appuis. Ce qui vous rendra deux fois plus fort pour la prochaine session dans les vagues, en foil comme en surf.

Vous mettre au beach start.

Vous avez tous en tête cette vague qui lève mais qui ne bascule jamais assez pour un take off. Avec la technique du beach start, vous arrivez lancé sur la vague et le festival commence. En général on compte 25 tentatives pour réussir un dock start, et le double pour un beach start. Mais que feriez vous d’autre ce jour là ? Rien, ou du VTT, donc ces tentatives sont un jeu génial entre potes et surtout pas une perte de temps. Il faut être bien en cannes, avoir du cardio et goooo.

Surfer la planche la plus petite de votre quiver

Les planches de surf foil sont shapées de manière à avoir le ratio longueur / volume le plus important. Vous pourrez ainsi très facilement surfer une 4’8 avec malgré tout un volume proche des 50 L. Et le foil vous aide à droper plus tôt. Surfer de toutes petites planches n’aura jamais été aussi facile. Avouez que c’est vraiment cool de voler sur une micro board ! Et elle se range dans le coffre hey hey…

Surfer avec finesse

Vous n’êtes pas vraiment un surfer puissant, ça tombe bien ! Le foil est une histoire de finesse, que ce soit dans les appuis ou la lecture du plan d’eau. Surfez tout en grâce, sans effort, et sans bruit. Le surf foil peut ressembler à un mélange entre l’Overboard dans retour vers le futur et une session de Snowboard dans 50 cm de peuf, c’est à peu près ça mais en mieux, car il n’y a aucun frottement.

Pour les sensations

Vous aurez les mêmes sensations en surf foil dans 50 cm qu’en surf dans le triple de taille, faites un virage et vous accélérez. Quel que soit votre niveau en surf foil, vous serez récompensé, faire son premier vol stabilisé est indescriptible. Repensez à votre toute première vague en surf, et la joie procurée, multipliez ça par 100, et vous y êtes presque. A chaque étape vous ouvrez le champ des possibles, vous découvrez de nouveaux tricks.

Quelle planche choisir pour débuter ou performer en surf foil?

La planche est un élément clef en surf foil. D’abord pour ramer efficacement et se lever sans trembler, parce qu’un take off raté peut vite tourner à la sanction. Ensuite pour remonter au pic sans perdre les épaules. Enfin parce qu’une bonne planche de foil conditionne votre équilibre et vos sensations en l’air. Votre choix sera largement guidé par ce que vous avez déjà l’habitude de surfer tous les jours. Mais pensez que cette planche est destinée à vous aider à décoller sur des vagues de 30 à 50 cm dans un premier temps, des vagues avec peu d’énergie, donc une planche avec un minimum de longueur et du volume pour ramer et partir le plus facilement possible. Si vous êtes déjà bon surfer, et que votre planche de tous les jours est un shortboard dont le volume se situe autour de 30 L, vous pouvez vous orienter vers un modèle de 5’ environ, mais avec plus de volume (au moins 10 à 15 litres de plus) que votre planche de tous les jours.

Les débutants en surf foil doivent absolument privilégier la longueur pour avoir une planche rapide à la rame car dès qu’on vole on fait une distance dingue sans s’en rendre compte. Le volume est aussi important pour faciliter le take-off dans les conditions petites et poussives. Une planche ne sera jamais trop grande ni trop volumineuse pour débuter. Souvenez vous que les canards sont rares quand vous débutez en foil car les vagues sont minuscules. Dans le doute, privilégiez toujours la taille supérieure pour faciliter l’apprentissage. Et dans tous les cas, choisissez un volume supérieur d’au moins 10L de plus que votre planche de surf habituelle.

En effet, plus une planche est facile, plus vous prendrez de vagues, donc plus vous prendrez de plaisir, et plus vite vous progresserez.
Nous vous conseillons pour être à l’aise de retirer 25 à votre poids afin de définir le volume de la Lance par exemple :

  • Si je pèse 65kg, je retire 25, j’arrive à 40. Je m’oriente donc vers la Lance 5’0.
  • Si je pèse 75kg, je retire 25, j’arrive à 50. Je m’oriente vers la Lance 5’4.
  • Si je pèse 85kg, je retire 25, j’arrive à 60. Je m’oriente vers la Lance 5’8.

Si vous n’êtes pas un expert des petites planches, préférez du confort, dans tous les cas un « excès » de volume ne sera jamais handicapant dans ce type de conditions et pour vos premiers vols.
Vous aurez envie de changer pour progresser davantage, pour appuyer vos virages ou pomper plus efficacement. Mais dans tous les cas, il se passera plusieurs dizaines de sessions avant de faire le tour du matériel de vos débuts. Et ce matériel est très recherché d’occasion : vous le vendrez facilement. Grâce à GONG et ses ventes sans marges distributeur et shop, vous ne perdrez quasiment rien sur la valeur de votre matériel. Alors ne prenez pas le risque de galérer en débutant avec du matériel trop compliqué. Il vous faut le matériel parfait pour votre niveau actuel. Si vous prenez du matériel trop compliqué, vous allez progresser moins vite et vous dégouter.

Donc même si vous avez un gabarit léger et que vous souhaitez avoir du confort, rien ne vous empêche de débuter sur une 5’8.

Comprendre les différents shape sur les planches de surf foil ?

La HIPE, vous voulez une planche facile, qui ne craint rien, sur laquelle vous pouvez tomber sans vous faire mal et sans l’abimer ? Une planche pour faire du surf foil, du wake foil, du dock start, du kite foil ? Une planche que vous pourrez laisser dans le coffre de votre voiture et que vous pourrez emmener partout avec vous ? Ne cherchez pas plus loin, avec la HIPE, vous pourrez faire tout ça.

La Lance est la plus adaptée pour débuter, mais ne vous y trompez pas, car ce n’est pas une planche dont vous aurez fait le tour au bout de 10 sessions. Car c’est une planche que vous pourrez emmener très loin. D’une part parce que c’est un shape efficace, mais parce que vous pourrez aussi la customiser le jour où vous serez prêts à chausser les straps. Car les 3 Lance sont livrées de série avec des inserts. Une planche parfaite pour débuter, mais pas uniquement.

La Matata est certainement le shape le plus compact de la gamme, large et très courte, on la choisit pour son côté compact. Un foiler débutant mais très bon surfer pourra l’utiliser comme première planche, mais tout en prenant soin de conserver du volume. Pour un foiler avancé, c’est une suite logique.

La Lethal est la plus radicale de toutes, que ce soit son shape ou ses cotes. A réserver aux foilers de bon niveau.

Quelle technologie ?

4 technos sont proposées parmi nos boards de foil. Le gonflable est parfait pour réduire l’encombrement à son maximum : simple à stocker, à transporter, et gonflé en une minute. Ultra résistant et vraiment sécurisant en cas de chute. L’EPS est parfait pour sa légèreté et son prix abordable. La techno FSP2X est le mix parfait entre poids contenu et solidité.

Techno gonflable

La plaque carbone qui est une réelle révolution by GONG fait toute la différence. Elle est solidement collée sous la structure gonflable. Cette pièce composée de 1,9kg de carbone prepreg pur et deux foam stringers, est un bijou de savoir-faire composite. Par son design, elle apporte précisément ce qu’il faut de mécanique pour être aussi rigide qu’une planche classique, sans alourdir le poids total.

En surf foil, les petites tailles sont parfaites, surtout la plus petite. Difficile de faire la différence avec une rigide, sauf sur des sensations très pointues. Mais pour voler, carver cool, pomper et connecter toute une série, c’est top !!! Strapless only en revanche.

En wake foil, la HIPE est juste géniale. C’est clairement la board parfaite car elle est vraiment simple à bord, ne blessant jamais le bateau ni les passagers. Et difficile de lui trouver des défauts sur l’eau tant sa proximité avec une planche rigide est importante, les avantages du gonflable en plus (notamment dans les chutes). Gonflée en 1 minute, la 4’8 est indispensable en wake.

TECHNOLOGY FOIL BOARD HIPE GONG 2022

Techno FSP 2X

Ces planches sont dotées d’une technologie innovante nommée FSP 2X pour le meilleur compromis poids / solidité / performance du marché.
L’apport d’une fibre biaxiale renforce énormément la planche et le PVC forme une coque hydrophobe de 3mm sur toute la planche. Ce sandwich PVC offre le meilleur dynamisme tout en préservant la solidité, à un poids incroyable.
C’est en concevant une nouvelle technique de finition, au plus près de nos prototypes faits dans notre usine française que nous avons réussi à gagner du poids. Nous travaillons avec des résines teintées pour éviter au maximum la peinture qui charge la planche inutilement. Teintée dans la masse, votre planche gagne en noblesse et en durabilité.

Techno EPS

Toute nos planches de Surf Foil EPS : ici.

Techno FSP Pro

Toute nos planches de Surf Foil FSP PRO : ici.

Faut-il strapper ou non sa planche de surf foil ?

Si vous débutez, c’est une question qui viendra par la suite, si vous avez un niveau déjà bien avancé, c’est surtout une question d’envie et de feeling. Dans tous les cas, vous aurez la possibilité de monter des straps sur les Lance FSP2X et les Matata FSP Pro et Lethal FSP Pro qui sont équipées d’inserts de straps.

Les straps ouvrant de nombreuses possibilités, la première est d’offrir une conduite plus précise, d’appuyer encore plus ses turns, et bien sûr d’ouvrir les voies aériennes. Back flip, alley oop, c’est tout le répertoire aérien du surf moderne qui s’offre à vous.

Quel leash ?

Le leash est important pour votre propre sécurité et celle des autres. Un leash classique de surf droit d’une longueur égale à celle de votre planche ou un Leash Coiled 5’5 Cheville sont à privilégier. Ce dernier aura moins tendance à s’enrouler autour du foil, ou à se coincer dans le stab.

Et comme n’importe quel leash, il faut l’inspecter régulièrement, et le changer s’il montre le moindre signe d’usure.

Même si le foil s’est largement démocratisé, c’est un support qui peut encore faire peur aux autres pratiquants présents au line-up, donc inutile d’en rajouter en surfant sans leash 😉

Quelles protections ?

Si vous respectez bien les recommandations qui suivent, il n’y a aucune raison de se blesser plus qu’en surf, mais rien ne vous empêche de porter un casque pour être plus serein lors de vos premières sessions, ou par la suite pour envoyer du lourd.
Une life veste peut aussi vous protéger du foil si vous retombez dessus.

Souvenez vous toujours que l’anticipation est la meilleure des protections : on ne se jette pas en foil sans réfléchir ! Prudence, prudence, prudence. Mieux vaut ne rien faire que de se blesser ou blesser quelqu’un d’autre.

Enfin, gardez à l’esprit que ce sont les parties arrières de votre foil qui sont les plus dangereuses : les bords de fuite. Les parties avants sont très rondes, au moins autant qu’un nose de planche de surf, donc à priori moins dangereuses. Il faut donc éviter de tomber sur les parties arrières du foil, notamment en refusant un take off dans une vague trop grosse ou en se jetant en arrière. Il vaut mieux tomber devant ou sur les cotés.

Quelle housse ?

Pour la housse, on prend un poil plus grand que la board. D’abord pour y mettre la board, puis pour se laisser la place d’y ajouter des access, des protections, etc…

Day bag ou luxe bag ? Le nom est une réponse. La luxe est idéale en voyage mais prend pas mal de place au quotidien. La Day bag est géniale pour les sess de tous les jours.
Chez GONG les deux types sont très renforcés. A vous de trancher.

Quelles spare parts ?

Rien de plus énervant d’arriver sur le spot, de voir des conditions parfaites, et de s’apercevoir qu’il nous manque une ou plusieurs vis, ou qu’en étant trop pressé, on vient de foirer une tête de vis. Considérez que la visserie reste du consommable et qu’il faut la changer régulièrement, et idéalement en avoir d’avance.

Nous vous conseillons également de bien protéger votre foil Alu de la corrosion galvanique en utilisant du Tikal Tef-Gel. Vous éviterez ainsi la formation de boursouflures à la surface du métal et protège de manière fiable contre la corrosion par des courants galvaniques entre les différents types de métaux. Vous éviterez également de coincer vos vis, et vous aurez un bien meilleur couple de serrage.

Quel spot choisir pour faire du surf foil ?

Avec le surf foil le potentiel des spots s’est élargi. Les vagues molles à hauteur de genou qui peinent à déferler sont désormais considérées comme de bonnes conditions ! De même, les spots de repli changent de rang. Le bon spot pour le surf foil combine plusieurs paramètres.

Choisissez de préférence un spot que vous connaissez, sur lequel vous avez vos repères. Choisissez des vagues vides de tout surfeur, des vagues petites et molles qui seront délaissées par les autres glisseurs.

Pour bien débuter, la taille et la forme des vagues sont primordiales. Des vagues lentes, avec peu de pente, d’une taille de genou à une taille de cuisse, qui idéalement auront du mal à déferler, et qui iront mourir dans trop d’eau. Ce peut être un bord de baïne, ou un reef avec trop d’eau à marée haute par exemple. Bannissez dans un premier temps toutes les vagues creuses.

Du fond

Les touchettes avec le fond peuvent provoquer de gros dégâts sur votre foil. Il faut absolument prévoir une marge de sécuritésous le foil. A la simple vue des vagues, il n’est pas évident d’estimer si la profondeur offre cette marge de sécurité. Le principe du déferlement est relativement simple et la profondeur en est une composante. Toutefois, l’influence de la longueur d’onde, de la taille de la houle et de la typologie du relief rend son estimation complexe.
Si vous ne connaissez pas le spot, il faut interroger les locaux. Dans tous les cas, analysez soigneusement le plan d’eau.

  • Prêtez attention à la surface de l’eau autour de la zone de déferlement. S’il y a des remous autour de cette zone, c’est probablement le signe d’un relief sous-marin peu accueillant.
  • La forme de la vague est aussi une indication. Si elle est creuse, cela signifie que la profondeur diminue de façon brutale.
  • La distance avec le bord est également un paramètre dont il faut tenir compte. Il est évident que si elle déferle trop près du bord, les chances de se lever et de sortir de la vague à temps sont faibles. A l’inverse si elle se lève loin du bord, vous aurez le temps mais il faudra être attentif au haut-fond qui génère la vague.

Un point de déferlement (ou pas…)

Pour se lever avec un surf foil, il faut une vague avec une pente douce qui déferle un minimum. Une trop grosse mousse vous déstabiliserait et pourrait vous mettre dans une situation dangereuse. Il faut choisir un point de déferlement juste suffisant pour vous pousser. Celui-ci peut même être une ligne de déferlement car contrairement au surf sans foil, un close-out n’est plus une vague perdue. Premièrement parce qu’en surf foil il est plus facile de rattraper la section. Deuxièmement parce que ce close-out peut être le départ d’une série de vagues que vous connecterez en remontant en pompant.

Si aucune vague ne permet de se lever il reste une option. Elle est toutefois réservée aux pratiquants aguerris. C’est le beach start. Il est technique et demande pas mal d’explosivité. Bien exécuté, le beach start peut donner accès à des vagues qui ne déferlent pas mais dont la portance de l’onde permet de les surfer avec un foil.

Peu de fréquentation

Il ne faut pas pratiquer le surf foil au milieu des autres usagers du plan d’eau (surfeurs, baigneurs, bateaux). Une collision pourrait avoir de sérieuses conséquences. Même si vous êtes expérimenté, gardez vos distances. Le pilotage d’un surf foil est très fin, ne vous surestimez pas.

Ces 3 paramètres sont la base. Les configurations de spots qui permettent de s’amuser en surf foil sont nombreuses. Ça va de la vague qui déroule dans une passe à la vague de beach break qui permet juste de se lever. Il existe encore d’autres options comme le tow-in avec un jet-ski ou pourquoi pas d’un kite surfeur pour profiter d’un spot.

Comment bien débuter ?

Les premiers take off

Oubliez vos réflexes de surfeur, ne vous mettez pas debout en haut de la vague. Laissez la planche descendre tranquillement en mode bodyboard, et faites votre take off en bas de la vague sur une zone plate. En mettant une pression importante avec vos mains sur l’avant de la planche, vous empêcherez le foil de se lever trop tôt. Lors du take off, concentrez-vous sur votre pied avant, celui-ci doit être posé parfaitement dans l’axe de la planche, c’est votre pied avant qui détermine 80 % de l’équilibre en vol.

C’est le point clef d’une bonne stabilité. Alors restez détendu, et conservez une bonne flexion.
Ne vous forcez pas à voler impérativement, dès vos premières vagues, ou lors de votre première session. Essayez simplement de sentir l’ensemble s’alléger, et si vous sentez l’ensemble « guidonner », c’est que votre pied avant n’est pas parfaitement centré.
Afin de faciliter le contrôle du foil, réglez le bien vers l’arrière de votre planche.

Les premiers vols

La première erreur est généralement de se faire surprendre par la montée du foil, et d’avoir le réflexe de mettre son poids sur l’arrière, le foil va alors se cabrer, et vous finissez par décrocher. Le vol est une histoire de petits ajustements, d’appuis très fins.C’est la vitesse qui vous fera décoller, alors dès que vous sentez le foil monter, penchez-vous gentiment vers l’avant. Cela suffira à mettre du poids sur votre jambe avant et à stabiliser le vol, le mieux étant d’avancer le bassin.

Donnez-vous des étapes de progression

Quelques sessions pour voler tout droit dans la mousse, simplement pour apprendre à bien stabiliser votre vol. Puis quelques sessions pour suivre les vagues, en effectuant des diagonales. Puis au fur et à mesure, vous viendrez resserrer ces diagonales. Vos premiers virages, premières sorties de vagues, premiers pumping, premières connections, …
Le chemin peut paraître long, mais à chaque session, à chaque étape de progression, vous serez récompensé par des sensations nouvelles.

Si vous avez également la possibilité de faire quelques sessions tracté derrière un bateau à faible vitesse, ou si vous avez un cable park à proximité, n’hésitez pas, ces quelques sessions vous feront gagner du temps.

Il n’y a que deux catégories de surf foilers, ceux qui laissent tomber au bout de deux sessions, généralement à cause de conditions ou de matériel totalement inadaptés, ils se font peur, et jettent l’éponge. Puis il y a les autres pour lesquels ce support devient totalement addictif. Il n’y a pas d’entre-deux.

Quel quiver ?

Quand on s’intéresse au surf foil, c’est qu’on est généralement plutôt ouvert d’esprit, en ayant testé de nombreux shapes dans l’idée de toujours mieux profiter des conditions du jour. Dans tous les cas, c’est le moment idéal pour s’intéresser à d’autres choses afin de passer encore plus de temps sur l’eau,

Les premiers à se mettre au surf foil, sont généralement des surfeurs, mais pas seulement. Il est intéressant de voir comment des surfeurs qui sont passés au surf foil, ont ensuite franchi le pas de la wing pour faire la même chose qu’en surf foil mais les jours ventés. Et découvrent ainsi le monde du vent.

Donc :

Un quiver de wing pour faire la même chose les jours ventés ?
Un SUP pour aller vous balader à la cool ou en famille ?
Et bien sûr d’autres ailes avant pour continuer à exploiter toutes les conditions possibles en surf foil. Notre catalogue de pièces détachées vous permettra de faire évoluer votre foil sans aucune limite.

Le temps que vous passerez sur l’eau sur un support enrichira votre pratique des autres supports. Rien ne remplace l’expérience, le temps en mer, la variété des conditions météo, le partage avec les éléments et les potes.